HOLYLAND

HOLYLAND V18 C172

Face à face

Yo, les furyos !
Aujourd’hui je vais pas dire grand chose du chapitre parce que j’ai l’impression de l’avoir déjà bien teasé. Alors je vais juste vous laisser apprécier ce passage de légende qui est clairement l’un des plus intenses de la série. La semaine dernière malgré la puissance du chapitre vous êtes restés bien discrets alors cette semaine arrêtez de faire les timides et balancez vos retours, vos prévisions, vos envies, ou n’importe quoi d’autre.

Sinon ça fait longtemps que je n’ai pas fait une petite recommandation, alors je vais m’y remettre. Si vous avez un compte Netflix, ou que vous êtes des pirates débrouillards, jetez-vous sur Mindhunter. Une série réalisée par David Fincher (Fight Club et Gone Girl, entre autres) et qui parle de la naissance du profilage dans les bureaux du FBI par l’étude de tueurs en série, ce qui fait deux bonnes raisons de vous y intéresser. C’est vraiment passionnant alors n’hésitez pas.

Respect & Robustesse

Tags
Lire la suite

Articles similaires

37 thoughts on “HOLYLAND V18 C172”

  1. Magique, juste magique.
    Merci pour le chap la team, ça promet un final magistral.
    ça fait plaisir de voir l’auteur bien finir une série (Je pleure encore du gachis « Destroy and Revolution »).

    1. C’est partie en live au bout d’un moment, je saurais pas te dire quand. Mais toute la partie finale est assez foireuse, à tel point que le traducteur est aussi parti en live et défonçait le manga dans les marges, c’était plutôt drôle.

      J’espère qu’il a/va bien finir Suicide Island…

    2. J’ai pas encore lu Destroy and Revolution donc je peux pas dire.
      Par contre pour ce qui est de Suicide Island, le dix-septième et dernier tome sort en France le 13 décembre. Je n’ai pas encore lu le 16 mais vu comment ça a été développé jusque là, il peut faire un truc propre.

    1. Ouais, moi aussi (en plus je suis arrivé au squad grâce à lui). Je trouve que la série a un petit truc en plus que l’on ne retrouve pas ou pas souvent dans les autres séries furyo. En même temps ça change et c’est passionnant !

    2. Ouais c’est clair, c’est parce que c’est un Seinen il aborde un côté psychologique des personnages ( le flash back de monsieur populaire sur son suicide été quand même cool. Ou même un Yagi qu’on déteste on en apprend beaucoup sur lui. Et ses liens avec Shougo … ). Et puis ce que j’adore, ( ça doit être mon côté fan d’art martiaux ) c’est les explications sur chaque art. Pour moi c’est vraiment le plus du manga. Tu sais pourquoi Kamishiro gagne ou pourquoi il perd. Enfin bref, je sens que je vais les relire depuis le début again ahah

    1. Ben c’est un gateau roulé avec les deux ingrédients.
      Orellia c’est pas un sacrilège, mais cela m’évite de dire mon vrai désir à YodaAJ de prendre un projet qui est sans l’être un furio je parle d’Angel Densetsu (feu Arcanys avait traduit les premiers volumes) une histoire hilarante

  2. Oh bordel que c’est puissant ! Et ça l’est d’autant plus quand on le compare au premier chapitre. Dans le premier chapitre Yuu est un intrus, un petit garçon timide, avec une tête beaucoup trop gentille qui lui attire des ennuis. Dans ce chapitre il est chez lui, les gens qui le menaçaient ou se moquaient de lui au départ s’incline quand il passe. Tout le monde le suit, c’est une sorte de mouvement inexorable, tout le monde cherche avec lui la réponse à sa question : pourquoi on est là.

    Ce passage est une petite merveille de mise en case : entre le cadre limité par les immeubles, le noir de la nuit, les figures silencieuses qui rodent. L’ambiance est limite surnaturelle. Les seuls à parler sont Yuu, Shin et Masaki et King et ses deux potes de l’autre, mis à part les cris d’encouragement à la fin. On peut aussi parler du plan avec la lune qui souligne l’arrivée du champion ou des cicatrices sur le visage de Yuu qui incarnent les marques que la rue a laissé sur lui.
    Le symbolisme est discret et en même temps il agit comme un gros panneau de signalisation rouge vif : l’auteur nous fait enfin entrer dans son Holyland.

    King a réussi à sentir que ce combat est « spécial », mais il n’a pas encore compris à quel point. C’est encore un jeu pour lui, un jeu particulièrement excitant puisqu’il est très sérieux et va très loin, mais il ne s’est pas encore rendu compte de ce qui se passe. Yuu est la rue, mais il est plus que la rue, s’il perd, King ne va pas être sacré nouveau roi du quartier. Non, King va juste être encore plus isolé et haït par les autres. Il n’arrive même pas à piger pourquoi ses amis sont aussi mal à l’aise au milieu de cette foule. Mori Kouji nous offre une fin qui commence de manière incroyablement bien orchestrée, j’ai vraiment hâte de suivre le déroulement de ce combat final, il promet d’être encore complètement différent de ce qu’on a déjà vu dans Holyland, la recherche et le style sont là jusqu’à la fin.

    Merci beaucoup le Squad ! Cette série est absolument géniale, je vous adore !

    1. J’allais mettre un commentaire dans ce sens mais j’ai eu la flemme. Merci à toi d’être là Orellia ahah.

      Mais c’est vrai juste à revoir les premier chapitre, l’évolution déjà physique de Kamishiro est hallucinante il a le corps d’un combattant maintenant. Et l’évolution de sa place dans la ville il est accepté ! C’est même lui qui porte la ville il est passé du stade de victime a légende !

      Et oui il a son ami de toujours qui l’accompagne. Lui qu’il n’avait aucun ami.

      Pour avoir lu la fin, tu seras vraiment pas déçu j’ai vraiment aimé la fin. 🙂

  3. C’est dans ce putain de chapitre qu’il y a cette putain d’image de Kamishiro avec sa balafre et sa ptite bande ! Elle est dar vraiment, merci pour le chapitre les gars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close